lundi 16 avril 2012

journal de bord d'hier et aujourd'hui, semaine 16

Me voilà donc partie pleine de bonnes résolutions pour cette semaine et celles à venir... pourvu que ça dure !

En cours : dépoussiérage de blog, 

Le lundi, coup d'oeil sur l'éphéméride de la semaine , je rajouterai à la suite de chaque journée les évènements sur lesquels je me serai arrêtée lors de cette semaine... donc plus d'article tous les jours, sauf imprévu du à l'actualité.

Pour l'éphéméride, il ne s'agit que d'un extrait issu de chez wikipédia, uniquement constitué de faits ou de personnages qui m'intéressent plus particulièrement. Suivant mon humeur et le temps, possible que je fasse un article sur l'un des sujets.

En ce qui concerne la diététique, je vais également préparer une page par semaine, donc ceux qui auraient envie de suivre également ce plan alimentaire n'auront qu'une seule page à consulter chaque semaine.

bonne semaine à tous, sur une illustration de William Quiller Orchardson.

semaine 16

dimanche 22









Pluie le jour de Sainte-Opportune,
Ni cerises, ni prunes
404 av. J.-C. : Chute d'Athènes, assiégée par Lysandre.
1370 : Pose de la première pierre de la forteresse de la Bastille.
1451 : Isabelle Ire, reine de Castille et León († 26 novembre 1504).
1853 : Alphonse Bertillon, criminologue français († 13 février 1914).
1994 : Richard Nixonprésident des États-Unis (° 9 janvier 1913).

« Nous autres modernes, nous sommes aux anciens ce que les pauvressont aux riches.  » Extrait du Tom Jones

1707 : Henry Fielding, romancier, dramaturge, poète et journaliste britannique († 8 octobre 1754)

« On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il estcapable de supporter.  »

1724 : Emmanuel Kant, philosophe allemand († 12 février 1804).

1766 : Germaine de Staël, femme de lettres française († 14 juillet 1817).

« L'humanité est une bibliothèque dont presque tous les livres sont lus. L'humanité est aux archives.  »Extrait du Les champignons du détroit de Behring


« L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau.  »


« Ce qu’il y a de meilleur dans l’homme, c’est le chien.  » Extrait du Antiquité du Grand Chosier


« Manger de l'ail. Ca rajeunit l'organisme et ça éloigne les importuns.  »


« La confiture n'est bonne que s'il faut monter sur une chaise pour attraper le pot dans le placard.  »

1901 : Alexandre Vialatte, écrivain français († 3 mai 1971).

J'aurais dû savoir que si les mots sont la matière dont est fait le passé, ils tissent également le futur composé, qu'ils dessinent deux dessins distincts et indiquent une seule directio véritable.
1929 : Guillermo Cabrera Infante, écrivain cubain († 21 février 2005).

1672 : Georg Stiernhielm, poète suédois (° 7 août 1598).
1839 : Denis Davidov, poète et militaire russe (° 27 juillet 1784).



« Les livres nous obligent à perdre notre temps d’une manière intelligente.  »

1986 : Mircea Eliade, historien roumain (° 9 mars 1907).


1993 : Bertus Aafjes, écrivain néerlandais (° 12 mai 1914).


1945 : Käthe Kollwitz, peintre allemande (° 8 juillet 1867).




samedi 21
753 av. J.-C. : Date légendaire de la fondation de Rome par Romulus. Les jeux séculaires (en latin LUDI SAECULARES) fêtaient à Rome l’ouverture de chaque centenaire, le 21 avril, jour anniversaire de cette fondation.
1944 : Le droit de vote est accordé aux femmes en France.
1945 :Évacuation de Ravensbrück.
1960 :Naissance de la Foi bahá'íe orthodoxe à Washington DC, États-Unis.
1967 :France : dernier duel au fleuret entre les députés Gaston Defferre (socialiste) et René Ribière (gaulliste), se soldant par la « victoire » du premier (une estafilade infligée à son adversaire).
1997 : France : Jacques Chirac annonce qu'il dissout l'Assemblée nationale.
2002 : Élection présidentielle en France. Le candidat d'extrême droite Jean-Marie Le Pen accède au second tour, ce qui est vécu comme un séisme politique dans l'Histoire de France (21 avril (expression politique)). 

1771 : Népomucène Lemercier, poète français († 7 juin 1840)
1816 : Charlotte Brontë, femme de lettres britannique († 31 mars 1855)
1828 : Hippolyte Taine, historien français († 5 mars 1893)
1838 : John Muir, naturaliste et écrivain américain († 24 décembre 1914).
1904 : Jean Hélion, peintre français figuratif († 27 octobre 1987)
1946 : Patrick Rambaud, écrivain français.
1957 : Hervé Le Tellier, écrivain français.
1963 :John Cameron Mitchell, écrivain, acteur et metteur en scène américain.

1142 : Pierre Abélard, philosophe et théologien français (° 1079).
1699 : Jean Racine, écrivain français (° 22 décembre 1639).
1720 : Antoine Hamilton, écrivain français (° 1646).
1731 : Daniel Defoe, aventurier, commerçant, agent politique, ecrivain anglais (° 10 octobre 1660).
1910 : Mark Twain, écrivain américain (° 30 novembre 1835).
1912 : Bram Stoker, écrivain irlandais auteur de Dracula (° 8 novembre 1847).
1918 : Manfred von Richthofen, le « Baron Rouge », l'as de l'armée allemande (° 2 mai 1892).
1938 : Muhammad Iqbal, poète et philosophe indien musulman (° 9 novembre 1877).
1989 : James Kirkwood, Jr., romancier, dramaturge et acteur américain (° 22 août 1924).



vendredi 20





À Saint-Théodore,
Fleurit chaque bouton d'or
1233 : Début de l'Inquisition, officialisée par la bulle Ille humani generis du pape Grégoire IX.
1303 : L'Université de Rome « La Sapienza », l'une des plus anciennes au monde, est fondée par la bulle papale du pape Boniface VIII.
1770 :James Cook prend possession de l'Australie.
1814 : les adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du cheval blanc du château de Fontainebleau, départ pour l’île d’Elbe.
1825 : Loi sur le sacrilège punissant de mort toute personne ayant commis un sacrilège en France.
1995 : Transfert des cendres de Pierre et Marie Curie au Panthéon de Paris.

571 : Mahomet, fondateur de l'islam (date traditionnelle) († 8 juin 632).
1840 : Odilon Redonpeintre symboliste français († 6 juillet 1916).
1850 : Daniel Chester French, sculpteur américain († 7 octobre 1931).
1868 : Charles Maurras, journaliste, essayiste, homme politique et poète français († 16 novembre 1952)
1893 :Joan Miró, peintre et sculpteur espagnol († 25 décembre 1983).
1893 :Jacques Chastenet (Jacques Chastenet de Castaing), historien, diplomate, journaliste et membre de l'Académie française († 7 février 1978).
1895 : Henry de Montherlantromancieressayiste, auteur dramatique et académicien français († 21 septembre 1972).
1901 : Michel Leiris, écrivain français († 30 septembre 1990).
1939 :Peter S. Beagle, écrivain américain.
1953 : Sebastian Faulks, écrivain britannique.
1962 : Anna Galore, romancière française.
1969 :Jimmy Sabater, écrivain français nouvelles et romans noirs, polars.

1344 : Gersonide de Bagnols, (Levi ben Gerson dit), commentateur de la Bible et astronome.
1472 : Léon Battista Alberti, écrivain, philosophe, peintre, architecte, théoricien de la peinture et de la sculpture et humaniste italien (° 18 février 1404).
1872 : Ljudevit Gaj, écrivain et homme politique croate.
1912 : Bram Stoker, écrivain irlandais (° 8 novembre 1847).
2008 :Monica Lovinescu, écrivaine, critique littéraire et journaliste roumaine  19 novembre 1923).


Pictogramme météoLe matin, le brouillard risque de réduire la visibilité avec des orages possibles dans l'après-midi. En soirée, il y aura une alternance de quelques averses et d'éclaircies pouvant être généreuses 
La température minimum prévue est de 3°C et le maximum de 11°C.

pas inspirée par la presse aujourd'hui...



jeudi 19





Saint-Ursmar prend,
La dernière neige de l'an

1665 : Jacques Lelongbibliographe français († 13 août 1721).
1814 : Amédée Achardromancier français († 25 mars 1875).
1836 : Ferdinand Cheval dit « le facteur Cheval », peintre naïf français († 19 août 1924)
1900 :Richard Hughes, romancier britannique († 28 avril 1976).
1903 : Eliot Ness, agent du département du Trésor des États-Unis, chef de l'équipe des Incorruptibles († 16 mai 1957).
1934 : Jean Ziegler, écrivain suisse.
1971 : Gad Elmaleh, comédien et humoriste franco-marocain.

1588 : Paul Véronèse, peintre vénitien (°C.1528).
1608 : Thomas Sackville de Dorset, poète et homme d'État anglais (b. 1536).
1768 : Canaletto, peintre vénitien (° 7 octobre 1697).
1824 : Lord Byron, poète britannique (° 22 janvier 1788).
1975 : Robert Aron, écrivain français, membre de l'Académie française (° 25 mai 1898).
1983 : Jerzy Andrzejewski, écrivain polonais (° 19 août 1909).
1989 : Daphne du Maurier, romancière britannique (° 13 mai 1907).
1998 :Octavio Paz, écrivain et diplomate mexicain, Prix Nobel de littérature 1990  31 mars 1914).
2001 : André du Bouchet, poète français (° 7 mars 1924).
2009 :J.G. Ballard, écrivain américain né en Chine (° 15 novembre 1930).


Pictogramme météoLe temps sera bouché et maussade dès le matin et pour la reste de la journée. Le ciel de la soirée sera complètement dégagé 
La température minimum prévue est de 6°C et le maximum de 12°C



La femme à barbe meurt d'une crise cardiaque. http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/19-avril-1939-mascotte-des-poilus-de-14-la-femme-a-barbe-meurt-d-une-crise-cardiaque-19-04-2012-1452954_494.php

Clémentine Delait est barbue et fière de l'être. Aussi, vers la fin de sa vie, elle exige qu'on inscrive sur sa pierre tombale : "Clémentine Delait, née Clatteaux, la femme à barbe." Le jour d'exaucer son voeu arrive le 19 avril 1939, quand la célèbre femme à barbe de Thaon-les-Vosges meurt d'une crise cardiaque à 74 ans. Sans doute qu'elle est alors montée au ciel pour tenir la promesse faite dans son autobiographie, publiée quelques années auparavant : "Ma dernière exhibition sera devant saint Pierre. En riant, je me rappellerai mes multiples aventures. Et peut-être, songeant à ma dernière demeure, je me réjouirai du bon tour que je jouerai à saint Pierre, quand, me présentant à lui, je lui dirai : " Mon vieux saint Pierre, je parie cinq cents francs qu'il n'y a pas une barbe aussi belle que la mienne dans ton paradis !" ...

Journée (La) d’un ministre il y a un siècle : entre solliciteurs, signatures et réceptions
http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article5738

Un ministre se couche à minuit, quand il se couche de bonne heure. Il se lève à sept heures, quand il se lève tard. Il faut bien qu’il donne une heure à sa toilette et à son petit-déjeuner, ce n’est pas trop. Vous allez me dire que, tout en s’épongeant et en prenant sa tasse de thé, il pourrait bien, en dedans de lui, jeter un premier regard sommaire sur la situation de l’Europe et sur les rapports des partis en France. Cette heure de la matinée est si fraîche et si féconde en pensées limpides !

Malheureusement le ministre, après son gala de la veille, festin ou réception, a dormi peu et mal. Il s’est éveillé la tête lourde. D’ailleurs, on vient de l’informer que déjà les solliciteurs le guettent dans les couloirs et vont l’appréhender, quand il passera de ses appartements particuliers à son cabinet. Il n’a que ce moment rapide de la toilette et du petit déjeuner pour régler ses affaires privées, donner des ordres aux personnes de sa maison, admonester ses enfants ou leur égayer le cœur avant qu’ils ne partent pour le collège.
Il est huit heures. Le ministre est descendu. Le voilà dans son fauteuil. Son secrétaire particulier, qui l’attendait, lui présente la correspondance personnelle. Des papiers tout intimes. Un joli lot pour débuter ! Ce qu’un nouveau ministre possède d’intimes est incalculable. Le lendemain du jour où il a pris, comme on dit, le pouvoir, il a trouvé d’un seul coup les amis de l’un et de l’autre sexe et les camarades de collège, qu’il avait perdus tout le long de son existence.

Le ministre lit les réponses préparées d’après ses indications, et sur plusieurs d’entre elles, il ajoute de sa propre main une ligne, un mot, au moins un mot, car les amis de ministre sont susceptibles, les camarades de collège ont la dent dure, et plus d’un qu’il a rencontré le mois dernier lui a dit avec un air pincé : « Mon cher, je t’ai écrit, tu m’as fait répondre par ton homme à gages, on ne se conduit pas de la sorte entre vieux camarades. » Une ligne par-ci, une ligne autographe par-là, et voilà qu’il est neuf heures moins un quart.

La porte s’ouvre, un ouragan se précipite ; c’est le plus gros électeur rural de la circonscription qui a élu M. le ministre. Un éleveur, et un rude. Il attendait M. le ministre avec les autres dans un couloir des appartements particuliers. Pendant qu’il racontait avec complaisance que le ministre était son œuvre et même son chef-d’œuvre, un orateur splendide, un bon garçon tout plein, le chef-d’œuvre ayant de la méfiance, s’est glissé par un autre chemin vers son cabinet. Le gros rural est furieux ; il a bousculé deux huissiers pour s’introduire, comme dans les anciennes comédies du Gymnase ; il demande qu’on lave d’abord la tête aux valets, et ensuite il consentira à s’expliquer. Son explication, c’est qu’il exige un billet de tribune pour sa femme et qu’il n’est pas content que de son garde-champêtre.
Bon gré, mal gré, le ministre est obligé de donner dix minutes à ce garde champêtre et à ce billet. Il tire sa montre et il s’écrie : Déjà neuf heures ! C’est le moment fastidieux, réservé par lui au chef de cabinet pour les pièces à la signature. Il a tant à signer, que presque toujours il signe au petit bonheur. A dix heures, le chef de cabinet se retire. Le ministre part pour le conseil, ou bien, s’il n’y a pas conseil, il travaille avec ses chefs de service.
Le déjeuner en famille pourrait le ragaillardir et le rendre dispos pour le bon gouvernement. Ah ! bien oui ! Sa femme elle-même est une solliciteuse. C’est une chose atroce qu’on n’ait pas encore nommé receveur particulier le cousin de son amie Malhilde ! Et puis elle a des inquiétudes. Comme elle n’aurait jamais osé rêver, avant les révolutions, d’être seulement invitée à la préfecture dans sa ville conjugale, Nancy, Caen ou Bordeaux, elle a le bon sens de n’avoir pas encore bien compris pourquoi son mari est ministre plutôt qu’un autre.
Elle passe ses journées dans l’anxiété qu’il ne le soit plus ; tout son propos de table est contre l’impatience des hommes qui leur fait perdre ou sacrifier les plus belles places ; au dessert, elle l’enlace éplorée de ses jolis bras, en gémissant : « N’est-ce pas, mon ami, que tu ne donneras jamais ta démission ? » L’autre n’a guère besoin pourtant qu’on l’y fasse penser ; c’est son cauchemar de toutes les nuits.
Après le déjeuner, d’une heure à trois, se déroule la série des audiences pour les fonctionnaires relevant du département, pour les sénateurs, les députés, les personnes envoyées par les collègues. Mille intérêts particuliers sans aucun rapport avec l’intérêt général. Chacun de ceux qui ont le bonheur ineffable d’obtenir un tête-à-tête avec l’Excellence, estime qu’il n’y a que son aventure au monde ; il ne resserre pas ses récits ; il prodigue sans peine un temps qui n’est que celui du ministre et de l’Etat. Sur trente personnes qui font antichambre, dix passeront, le reste s’ajoutera à l’encombrement du lendemain et du surlendemain.

Cependant-un exprès arrive de là Chambre. La séance est ouverte et les centres sont houleux. Vite, à la Chambre. Il serait peut-être temps de réfléchir un peu sur ce grand empire qui nous fait des avances ou sur ce consul général dont le personnalisme va nous mettre sur les bras une guerre inopportune ! M. le ministre est sollicité par des soins plus immédiats. Il faut s’enquérir pourquoi X..., de l’extrême gauche, vient de nouer des relations avec Z..., qui est amateur d’orléanisme.
Il faut subir des interpellations, des objurgations saugrenues à l’envi. On allume les lampes. Les cerveaux s’échauffent. Cela devient un gribouillis infernal. Le banc du gouvernement se lève comme un seul homme, offrant fièrement ses neuf poitrines intrépides à l’assaut du galimatias. Bon moment pour s’échapper.
Le ministre était hier d’un grand dîner ; il en donne un aujourd’hui. II est sept heures quand il s’échappe de la Chambre sans attendre le vote final. Il s’habille au galop. A sept heures et demie, il reçoit ses invités, au nombre de quarante-cinq, dont il y en a bien dix sur la figure desquels il peut mettre un nom. De sept heures et demie à neuf heures, empiffrement officiel et par ordre, les mets les plus lourds, les vins de table les plus chargés, le Champagne homicide. A neuf heures, la réception commence.
Minuit sonne ! Dans la chambre à coucher du ministre, la veilleuse brûle. Le malheureux est horriblement congestionné. Il ne s’est pas recueilli une seconde depuis dix-huit heures, il n’a pas fait depuis huit jours un tour de voiture dans l’allée des Acacias, il n’est pas sorti une fois à pied depuis un mois. Son cerveau, sans cesse excité, et sa machine physique, restée inerte, ne lui promettent, après une journée sans relâche, qu’un sommeil sans repos ou une veille sans lucidité.
Et cependant, qu’a été un jour si absolument occupé, implacablement rempli ? Un tourbillon de fadaises. Les suites, vous les connaissez ! Quand les suites sont palpables, chacun s’écrie : Mais c’étaient donc des imbéciles, ces ministres ! Non ! ce n’étaient que des ahuris.


mercredi 18






Avril fait la fleur,
Mai en a l'honneur
1506 : Début de la construction de l'actuelle basilique Saint-Pierre de Rome sous le règne de Jules II.
1857 : Allan Kardec publie Le Livre des Esprits, ouvrage fondateur du spiritisme.
1904 : Le premier numéro de L'Humanité, fondé par Jean Jaurès, sort dans les kiosques.
1918 : Condamnation du tirailleur Cheikou Cissé à la peine de déportation perpétuelle par le conseil de guerre de Dakar, qui invoque la sûreté de l'État. Cissé meurt en 1933 dans le bagne de Nouvelle-Calédonie, y étant le dernier détenu.
1973 : Fondé sous l'égide de Jean-Paul Sartre, le premier numéro de Libération paraît.

1480 : Lucrèce Borgia, fille naturelle du pape Alexandre VI († 24 juin 1519).
1813 : Franz Ittenbach, peintre religieux allemand († 1er décembre 1879).
1905 : Albert Simonin, écrivain et scénariste français († 15 février 1980).
1978 : Amanda Sthers, auteure de romans, pièces de théâtre, sketches et chansonset scénariste.

1556 : Luigi Alamanni, poète italien (° 6 mars 1495)
1696 : Marquise de Sévigné,(Marie de Rabutin-Chantal), écrivain français (° 5 février 1626).
1802 : Erasmus Darwin, botaniste et physicien britannique (° 12 décembre 1731)
1898 : Gustave Moreau, peintre, graveur et dessinateur français (° 6 avril 1826)
1935 : Panaït Istrati, écrivain roumain francophone (° 10 août 1884)
1974 : Marcel Pagnol, écrivain et cinéaste français, membre de l'Académie française (° 28 février 1895)
1988 : Pierre Desproges, humoriste français (° 9 mai 1939)
1990 : Frédéric Rossif, documentaliste français. (° 14 août 1922)
2002 : Thor Heyerdahl, aventurier norvégien (° 6 octobre 1914)


Pictogramme météoLe temps sera particulièrement couvert et maussade le matin avec un temps couvert et quelques pluies durant l'après-midi. En soirée, le ciel sera couvert avec quelques pluies 
La température minimum prévue est de 4°C et le maximum de 10°C



revue de presse


Arrêt du Conseil d'État du roi/Casanova.http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/18-avril-1758-entre-deux-conquetes-casanova-cree-une-loterie-pour-financer-l-ecole-militaire-de-paris-18-04-2012-1452582_494.php


Réfugié à Paris après sa fuite de Venise, il fait fortune en participant à la création d'une loterie royale, à l'origine du Loto.

Le 18 avril 1758, une foule nombreuse se presse dans le magasin de l'Arsenal, derrière la Bastille, qui servait autrefois à stocker la poudre et les munitions du roi. Dans un coin de la salle, un homme d'une trentaine d'années, grand, magnifiquement vêtu, attire les regards, surtout celui des femmes. Il parle français avec un délicat accent italien. Il s'agit de Giacomo Casanova, dont tout Paris parle car il vient de s'évader de la célèbre prison des Plombs de Venise. Mais aujourd'hui, chose surprenante, le séduisant Vénitien ne s'intéresse pas aux nombreuses dames qui lui font les yeux doux. C'est parce que la bonne fortune qu'il recherche alors est celle de l'or, et non de l'amour. Comme le reste des curieux, il est venu assister au premier tirage de la loterie royale de l'École militaire dont il est l'un des artisans. Sur une estrade trône une grande boîte en bois circulaire (imaginez une boîte à camembert) montée sur axe. Dans cette roue de la fortune, il a été glissé 90 billets numérotés de 1 à 90. Un employé la fait tourner longuement pour mélanger les billets, puis demande à un enfant de glisser sa main dans une petite ouverture de la roue pour extraire à l'aveugle un premier billet, puis un deuxième, un troisième... Cinq au total constituant le premier tirage gagnant de la loterie royale militaire, dont la recette servira à financer la construction de l'École militaire, à Paris. 
Aussi stupéfiant que cela paraisse, l'existence de cette loterie, préfigurant notre Loto actuel, doit beaucoup à Casanova. Sans lui, elle n'aurait peut-être pas pu exister. Voici l'histoire. Quand l'aventurier vénitien débarque à Paris, quelques mois plus tôt, il est fauché comme les blés. Il monte plusieurs arnaques pour alléger la bourse de certaines vieilles dames qu'il séduit, mais cela ne suffit pas à son train de vie dispendieux. "Je voyais que, pour parvenir à quelque chose, j'avais besoin de mettre en jeu toutes mes facultés physiques et morales, de faire connaissance avec des grands et des puissants, d'être le maître de mon esprit et de prendre la couleur de tous ceux auxquels je verrais que mon intérêt exigeait que je plusse", écrit-il dans ses mémoires. Justement, Casanova retrouve à Paris le cardinal de Bernis, avec lequel il partageait une maîtresse à Venise. Celui-ci est devenu secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Il va donc le trouver, il est reçu à bras ouverts. Le cardinal lui fait rencontrer le contrôleur général des finances, monsieur de Boulogne, qui le présente à son tour au financier Paris Duverney. Ce dernier cherche 20 millions de francs pour financer la construction de l'école militaire voulue par Louis XV et la marquise de Pompadour afin d'assurer l'éducation de 500 gentilshommes sans fortune. 
Bagout - C'est ici qu'il faut parler de génie à propos de Casanova. Sans avoir la moindre idée de la façon de rassembler une telle fortune, il se vante auprès de Paris Duverney de connaître un moyen pour obtenir non pas 20 millions de francs, mais 5 fois plus sans qu'il en coûte rien au budget royal. Il mise sur sa grande imagination pour inventer un stratagème dans les jours qui viennent. Mais il n'a même pas à se donner cette peine, car son interlocuteur lui répond du tac au tac qu'il connaît déjà son plan et qu'il le lui prouvera, le lendemain, s'il accepte son invitation à dîner chez lui. Stupéfaction de l'Italien. Comment l'autre pourrait-il connaître son plan puisqu'il n'en a pas ? C'est la meilleure ! Dans ses mémoires, qu'il écrira bien plus tard, il note avoir alors pensé sur le moment : "Quand il me communiquera le sien, ce sera à moi de dire s'il a deviné ou non, et si la matière sera à ma portée, je dirai peut-être quelque chose de nouveau ; n'y entendant rien, je garderai un mystérieux silence." 
Le lendemain, Casanova se rend donc chez Paris Duverney, où il dîne avec plusieurs financiers, dont un Livournais nommé Ranieri Calzabigi. Celui-ci affirme qu'avec son frère aîné il projette de financer la construction de l'École militaire avec le bénéfice d'une loterie basée sur le principe du loto de Gênes. Paris Duverney interpelle Casanova : "C'est bien votre idée, n'est-ce pas ?" Celui-ci s'empresse d'acquiescer et même de faire quelques propositions pour améliorer la loterie. Casanova s'engage à plaider cette idée devant les représentants de l'État pour emporter une décision favorable. Grâce à son bagout et à son culot extraordinaire, deux arrêts du Conseil d'État des 15 août et 15 octobre 1957 autorisent la création d'une loterie pour financer les travaux de l'École militaire. Le principe d'une loterie royale est donc arrêté. Les billets seront vendus dans des bureaux de recette répartis dans tout Paris et son faubourg. Les tenanciers seront rémunérés avec une commission de 6 % prélevée sur les recettes. Les joueurs miseront sur deux, trois, quatre ou cinq numéros et les gagnants toucheront leur lot au Bureau général de la loterie, trois jours après le tirage.

Succès - Pour le prix de sa peine, Casanova se fait attribuer six bureaux de recette, dont il en revend immédiatement cinq, ce qui lui permet un bénéfice immédiat de 10 000 francs. Pour attirer le maximum de parieurs dans son bureau de la rue Saint-Denis, il a l'idée géniale de promettre de payer les futurs gagnants, dès le lendemain du tirage, en avance de 48 heures sur le paiement officiel. Il avancera les sommes. Grâce à ce coup de génie, les Parisiens se bousculent dans son bureau, à la grande colère des autres tenanciers. Lors de ce premier tirage, Casanova encaisse 40 000 francs de paris et en paie 18 000 à ses gagnants. Au passage, il se met 2 400 francs de commission dans la poche. Globalement, ce premier tirage est une réussite avec 2 millions de francs de paris pour un gain de 600 000.

Lors du tirage suivant de mai, les joueurs se disputent pour remettre leurs paris à Casanova. Où qu'il aille dans Paris, on lui remplit les poches d'or. Mais cette fois, il a parmi ses joueurs un gagnant à trois numéros à qui il doit payer 40 000 francs. Il faut avancer la somme. Il lui faut emprunter. Dans ses mémoires, le Vénitien ne parle plus de la loterie au-delà de ce deuxième tirage. Sans doute a-t-il continué quelque temps à en retirer pas mal de gains, car il poursuit un train de vie fastueux. D'autres sources d'information font état de difficultés qui conduisent le Conseil de l'École militaire à se séparer des frères Calzabigi en juin 1759. Quoi qu'il en soit, Giacomo n'est pas en panne d'idées pour se créer d'autres sources de revenus. Il invente un loto grammatical, élabore un "projet d'une nouvelle méthode au bénéfice du loto de Rome". Il propose à Paris Duverney de créer un impôt sur les successions collatérales. Qu'il s'agisse de gagner de l'argent ou de mettre une femme dans son lit, Casanova n'est jamais à court d'imagination. -  ET 
Antonio Manfredi, a mis le feu à le tableau d'une artiste française, Séverine Bourguignon.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/04/18/un-musee-italien-brule-ses-uvres-pour-protester-contre-les-coupes-budgetaires_1686894_3246.html#ens_id=1671038&


Le directeur du Musée d'art contemporain de Casoria, près de Naples, dans le sud de l'Italie, a commencé, mardi 17 avril, à brûler ses œuvres pour protester contre les importantes coupes budgétaires dans le secteur de la culture.
En fin d'après-midi, le fondateur et directeur du musée, Antonio Manfredi, a mis le feu au tableau d'une artiste française, Séverine Bourguignon, qui avait préalablement donné son accord, et a suivi les ravages des flammes en direct sur Skype.

Pour les handicapés, l'isoloir peut s'avérer être une épreuve.http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/04/17/voter-un-defi-pour-les-electeurs-handicapes_1686298_823448.html#xtor=RSS-3208

Tout ce qui relève du domaine public doit être accessible à tous. C'est du moins ce que dit en théorie le droit français depuis la loi du 11 février 2005 sur l'égalité des chances. En France"10 % de la population est porteur d'une déficience, mais ils sont beaucoup plus nombreux si on compte les personnes âgées ou les blessés temporaires, explique Nicolas Mérille, conseiller national à l'Association des paralysés de France. Donc rendre les bureaux de vote accessibles n'est pas un luxe".
L'accessibilité des bureaux de vote aux handicapés est encadrée par un décretpublié en 2006. "Pour la présidentielle de 2007, tous les bureaux de vote ne respectaient pas les prescriptions en vigueur. Aujourd'hui, la représentation a changé. On ne nous questionne plus sur l'utilité pour les handicapés de voter mais sur la manière dont on va leur permettre de le faire", se réjouit-il. "La mairie de Bondy, en Seine-Saint-Denis, a par exemple envoyé un courrier à tous ses administrés pour leur indiquer si leur bureau de vote était accessible, ce qui est une très bonne initiative", ajoute-t-il.


http://next.liberation.fr/mode/2012/04/17/barbie-se-lance-dans-la-presidentielle-americaine-en-tailleur-rose_812413

Barbie en ardente défenseuse de la parité et du féminisme? C’est la dernière facétie du fabricant de jouets Mattel qui lance fort opportunément la barbie Yes she can qui va, en tailleur rose, se présenter à la présidentielle. Américaine, qu’on se rassure, pour nous c’est trop tard.

http://www.liberation.fr/societe/2012/04/17/la-secu-reclame-plusieurs-milliers-d-euros-a-des-retraites_812364


Des retraités qui ont profité d'un dispositif permettant de partir plus tôt à la retraite se voient demander de rembourser des sommes astronomiques car l'application de la loi a changé depuis.

Quelque 1 500 personnes, qui avaient profité du dispositif «carrière longue» pour partir à la retraite, se voient réclamer des remboursements allant jusqu'à plusieurs milliers d’euros par la sécurité sociale, a indiqué mardi la CGT qui dénonce des situations«dramatiques».

 A la télé ce soir
Focus sur les relations entre la franc-maçonnerie et la musique. En Europe, les plus grands musiciens et compositeurs se sont succédés au coeur des loges maçonniques à l'instar de Jean Sibelius, Franz Liszt ou Wolfgang Amadeus Mozart. Leur engagement s'est d'ailleurs traduit dans leurs oeuvres. Ainsi, «La Flûte enchantée» de Mozart comporte de nombreuses références et de valeurs à la franc-maçonnerie, tout comme «Fantasia quasi Sonata» de Franz Liszt. Cette relation s'est aussi développée au début du XXe siècle aux Etats-Unis avec la présence de Duke Ellington, Count Basie, Lionel Hampton ou Louis Armstrong dans des loges afro-américaines.

***

mardi 17





Beau temps à la Saint-Anicet,
Est l'annonce d'un bel été
1182 : Philippe Auguste expulse les Juifs régnicoles de ses Etats et confisque tous leurs biens.
1521 : Martin Luther, convoqué par la diète de Worms, est excommunié.
1961 : Opération de la Baie des Cochons à Cuba.

1871 : Joseph Pinchon, dessinateur français († 20 juin 1953).
1885 : Karen Blixen (alias Isak Dinesen) femme de lettres danoise († 7 septembre 1962).
1911 : Hervé Bazin, écrivain français, ancien président de l'Académie Goncourt († 17 février 1996).
1920 : Edmonde Charles-Roux, écrivain français, membre et présidente de l'Académie Goncourt.
1940 :Claire Bretécher, dessinatrice et scénariste de bandes dessinées française.
1942 : Katia Krafft, volcanologue française († 3 juin 1991).

485 : Proclos, philosophe grec (° 412).
1695 : Sor Juana, écrivain mexicain.
1696 : Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné épistolière française (° 5 février 1626).
1790 : Benjamin Franklin, écrivain, philosophe, physicien, inventeur et diplomate américain (° 17 janvier 1706).
1821 : Jean-Pierre Louis de Fontanes, écrivain et homme politique français (° 6 mars 1757).
1970 : Henri Massis, homme de lettres, membre de l'Académie française (° 21 mars 1886).
2003 :Robert Atkins, médecin et nutritionniste américain (° 17 octobre 1930).
2008 : Aimé Césaire, poète martiniquais (° 26 juin 1913).


Pictogramme météoLe temps sera particulièrement couvert et maussade le matin avec un temps couvert et quelques pluies durant l'après-midi. En soirée, il y aura une alternance de quelques averses et d'éclaircies pouvant être généreuses 
La température minimum prévue est de 4°C et le maximum de 10°C.



Vlad déjeunant devant des empalés / Portrait de Vlad.http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/17-avril-1457-empalement-mode-d-emploi-le-prince-vlad-dracul-adore-les-brochettes-humaines-17-04-2012-1452220_494.php
Vlad III Dracul, prince de Valachie, n'est pas du style à pardonner à ses ennemis. Lorsqu'il récupère le trône princier, dix ans après l'assassinat de son père et de son frère, il n'a qu'une idée en tête : se venger des boyards (aristocrates orthodoxes) ayant autrefois participé au complot. Il décide de tous les porter pal. Ne le surnomme-t-on pas l'Empaleur depuis qu'un séjour forcé de quelques années en Turquie lui a appris à apprécier cette spécialité locale ?


Cette photographie prise en décembre 2011 à Kaboul a reçu le prestigieux prix Pulitzer.http://www.lepoint.fr/monde/un-photographe-afghan-recoit-le-prix-pulitzer-17-04-2012-1452422_24.php

Le photographe de l'AFP Massoud Hossaini a été distingué lundi à New York par un prix Pulitzer, l'une des récompenses américaines les plus prestigieuses en matière de journalisme, pour la photo d'une fillette en pleurs après un attentat-suicide à Kaboul en décembre. Ce prix, dans la catégorie "photographie breaking news", récompense la photo "déchirante d'une fillette pleurant de peur, après un attentat-suicide à Kaboul", a précisé le jury. C'est la première fois que l'AFP remporte un prix Pulitzer. "Une simple photo, fascinante, dont on se souvient longtemps", a déclaré lors d'une conférence de presse le responsable du prix, Sig Gissler.
Ce matin, pas vraiment inspirée par l'actualité... juste trouvé quelques citations pour le journal de bord littéraire. Pense me consacrer à la diététique aujourd'hui.

lundi 16





Saint-Drogon pluvieux,
An fromenteux

73 : Massada tombe aux mains des Romains après 7 mois de siège.
1917 :Première Guerre mondiale : À 6 heures du matin, début de la bataille du Chemin des Dames dans l'Aisne.
1921 : Naissance du premier fromage fondu en portions « La Vache qui rit », brevet déposé par Léon Bel.

naissances
1661 :Stefano Maria Legnani, dit le Legnanino, peintre italien († 4 mai 1713).
1661 :Charles Montagu, 1er comte d'Halifax, poète et un homme d'État anglais († 19 mai 1715).
1827 : Octave Crémazie, écrivain et poète québécois († 16 janvier 1879).
1844 : Anatole France, écrivain français, membre de l'Académie françaisePrix Nobel de littérature 1921 († 12 octobre 1924).
1869 : Marguerite Steinheil, maîtresse de Félix Faure, mort en 1899 à l'Élysée lors d'un rendez-vous galant († 17 juillet 1954).
1889 : Charlie Chaplin, acteur et réalisateur britannique († 25 décembre 1977).
1896 : Tristan Tzara, écrivain, poète et essayiste français d'origine roumaine († 25 décembre 1963).
1918 : Spike Milligan, écrivain et comédien irlandais († 27 février 2002).
1921 : Peter Ustinov, auteur et comédien britannique († 29 mars 2004).
1922 :Kingsley Amis, écrivain anglais († 22 octobre 1995).
1927 :John Chamberlain, sculpteur américain.
1951 : Pierre Toutain-Dorbec, photographe, peintre, sculpteur, journaliste, français.
décès


décès 
1689 : Aphra Behn (Aphra Johnston), dramaturge anglais (° 10 juillet 1640).
1788 : Buffon, naturaliste, mathématicien, biologiste, cosmologiste, auteur français (° 7 septembre 1707).
1850 : Madame Tussauds (Marie Tussaud), fondatrice du musée de cire de Londres (° 7 décembre 1761).
1859 : Alexis de Tocqueville, historien et penseur politique français (° 29 juillet1805).
1879 : Bernadette Soubirous (Bernarde-Marie Soubirous), sainte catholique de Lourdes (° 7 janvier 1844).
1972 : Yasunari Kawabata, écrivain japonais, Prix Nobel de littérature 1968 (° 14 juin 1899).
1997 : Roland Topor, écrivain et dessinateur français (° 7 janvier 1938).
2003 : Charles Gagnon, peintre québécois (° 23 mai 1934).


La matinée sera très ensoleillée, une alternance de nuages et d'éclaircies occupera l'après-midi. Le ciel de la soirée sera complètement dégagé - La température minimum prévue est de 2°C et le maximum de 11°C.


16 avril 1943. L'inventeur du LSD en avale par mégarde : quel trip psychédélique !http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/16-avril-1943-l-inventeur-du-lsd-en-avale-par-megarde-quel-trip-psychedelique-16-04-2012-1451905_494.php






Raymond Aubrac le 27 février 2008.http://www.liberation.fr/societe/2012/04/16/hommage-a-raymond-aubrac-aux-invalides_811974 - Une cérémonie nationale doit avoir lieu ce lundi matin à l'Hôtel national des Invalides en hommage au résistant, décédé mardi à 97 ans.







 Toni Morrison : 'Les policiers sont mal formés, corrompus et protégés' 

La grande dame des Lettres américaines publie un nouveau roman, Home, 42 ans après sa première publication. Dans un long entretien pour la Guardian, Toni Morrison revient sur sa carrière, ses combats, mais aussi sur la campagne présidentielle US et l'affaire Trayvon Martin : rien n'a changé depuis la ségrégation ? À peine. Morceaux choisis, plus proches de Born in the USA que de The Star-Spangled Banner. - http://www.actualitte.com/actualite/monde-edition.htm

Pendant près d'un demi-siècle, Moscou a tenté d'imputer le massacre de Katyn à l'Allemagne nazie. Ici, une Polonaise commémore le massacre, en 1989.La CEDH condamne la Russie 72 ans après le massacre de KatynPlus de soixante-dix ans après les faits, la réticence de la Russie à faire toute la lumière sur le massacre perpétré à Katryn, près de Smolensk (ouest de laRussie), est pointée du doigt. Dans un arrêt rendu lundi 16 avril, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a estimé que Moscou aurait dû mieux coopérer avec elle et traiter avec plus d'humanité les proches des victimes de ce massacre perpétré en 1940.


Dans leur arrêt, les juges ont estimé à la majorité qu'il y avait bien eu violation par la Russie de l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme (interdiction des traitements inhumains) concernant dix des quinze ressortissants polonais qui avaient formulé des requêtes auprès d'elle en 2007 et 2009. Les requérants dénonçaient le caractère "inadéquat" de l'enquête menée par les autorités russes sur le massacre de Katyn.
Ces requérants polonais étaient des proches de douze victimes du massacre de Katyn, au cours duquel près de vingt-deux mille Polonais, parmi lesquels de nombreux officiers, furent massacrés sans jugement sur ordre de Staline au début de 1940. Pendant longtemps, Moscou avait laissé croire que ce massacre avait été perpétré par les Allemands.
"TRAITEMENT INHUMAIN"
Les juges de Strasbourg ont souligné un "manquement de la Russie à son obligation de coopérer avec la Cour au sens de l'article 38" de la Convention (obligation de fournir toutes facilités nécessaires pour examiner l'affaire). Ils ont considéré que la Russie avait "failli à son obligation de coopérer avec la Cour en refusant de fournir copie de sa décision de clore l'enquête, et que sa réaction face à la plupart des démarches entreprises par les proches des victimes pour découvrir la vérité sur ce qui est arrivé en 1940 s'analyse en un traitement inhumain".
Ils ont toutefois estimé qu'ils ne pouvaient pas examiner au fond le principal grief mis en avant (obligation d'enquêter sur la perte de vies humaines), les faits remontant à 1940 alors que la Russie n'a adhéré au Conseil de l'Europe qu'en 1996 et que l'entrée en vigueur de la Convention européenne des droits de l'homme ne remonte pour elle qu'à 1998. Cet arrêt est encore susceptible d'être soumis à l'instance suprême de la CEDH, la Grande Chambre, dans un délai de trois mois. - http://www.lemonde.fr/europe/



sources :
éphéméride : wikipédia
dicton du jour : http://www.saint-dicton.com/

1 commentaire:

  1. Dépoussiérage du blog ? N'en jette pas trop tout de même.... Biz

    RépondreSupprimer